AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

(M) Charlie Cox - I'll die if you touch me.

deep inside ::  welcome :: nasty people

L'ECRIVAINNOUS ARROSE DE SA PROSE
Anett Orbán
WORKING IN THE STREETS SHEETS
avatar
SINCE : 27/08/2018 PORN : 269 Face : Elle Fanning
WORKING IN THE STREETS SHEETS

Mar 9 Oct - 2:25
Sebastianlight of my life, fire of my loins. My sin, my soul.
NOM ɞ au choix PRÉNOM ɞSebastian AGE ɞ 30-35 ans LIEU DE NAISSANCE ɞ au choix ORIGINES ɞau choix METIER ɞ écrivain et maître de conférence à l'université de Budapest en littérature  STATUT SOCIAL ɞ divorcé (il a pu se remarier mais il ne sera donc pas franchement un mari exemplaire  pk ) ORIENTATION SEXUELLE ɞ hétéro STATUT FINANCIER ɞ aisé GROUPE ɞ au choix  AVATARS PROPOSES ɞ J'ai pensé à Charlie Cox, j'avais également songé à Cillian Murphy, Lee Pace la vérité c'est que ça m'importe peu tant que tu te sens à l'aise dans le personnage. Il peut être blanc, noir, asiatique, tatoué ou non, faut que toi tu te sentes de l'incarner c'est tout
-Il y a quelques années tu te retrouves à enseigner dans un bled. Ton mariage prend l'eau et ta femme se barre enceinte d'un autre homme.
-T'entames une relation interdite avec une élève (longues précisons dans le lien). Un élève vous surprend et décide de vous filmer pour mieux balancer la vidéo sur l'intranet du lycée. Tu prends la fuite pour sauver ce qui te reste de réputation.
-Tu t'en veux de l'avoir abandonné, de ta relation et de ta culpabilité nait un nouveau roman acclamé par la critique.
-Ton succès t'octroie un poste à l'université de Budapest.
-Des années plus tard, ta petite élève se pointe à une séance de dédicace, elle s'est reconnue dans le livre. Sous le bras elle t'apporte une réponse. Un manuscrit, sa haine. Puis elle te fuit, t'as pas le temps de la retenir.
-Tu la cherches (détective ou par toi même) et ce que tu trouves t'horrifies. Ta petite nymphette sur le trottoir. Le corps offert. Tu la veux pour toi. Ça te brûle. Elle est à toi. Cette certitude.
L'avatar est complètement négociable, j'ai utilisé le prénom quelques fois donc il serait préférable de le conserver. Concernant le rythme, j'aime bien avoir une ou deux réponses à faire dans la semaine.
Je n'exige pas de relation exclusive pour nos personnages, mais elle sera intense. D'abord il y aura beaucoup de colère. De la colère du sexe probablement violent. De l’apaisement des retrouvailles, une complicité, puis lui supportant de moins en moins ce qu'elle fait, voulant l'aider contre son gré. Lui de plus en plus jaloux et possessif. Elle accroc à ça, elle qui se comporte mal pour lui faire du mal. Elle lui en veut d'être parti, elle l'aime. Il la veut pour lui mais il sait qu'il n'a rien le droit de lui demander, ça le bouffe.
 
Anett Orbàn ɞ nature du lien
Elle était jolie, abîmée. Dans ta salle de classe, prêt d'une fenêtre elle crayonnait en te lançant de temps à autre un regard intéressé. Un peu curieux. Elle portait ses bleus comme des bijoux, elle les affichait défiant n'importe qui de n'importe quoi. Des cadeaux de son père, noirs, violacés, verts et un peu jaune, tout un dégradé de douleur sur sa peau pâle. Elle était facile, c'était sa réputation si il en croyait les tagues, les mots capturés avant qu'ils n'arrivent au destinataire
Armée de tout son courage elle vient te voir à la fin des cours. Le livre que tu as donné  à la classe serré contre sa petite poitrine. Elle a lu et ça l'a bouleversé, elle a l'air de t'en vouloir un peu d'avoir fait entrer d'autres choses dans sa tête. Des questions se bousculent, pertinentes, un peu naïves parfois. Elle retarde le moment ou elle devra rentrer chez elle. La concierge passe, prodigieusement agacée elle vous chasse du lycée. Toi non plus t'as pas envie de rentrer. Ta femme est partie, enceinte d'un autre. Tu la touchais plus, ça fait mal à ton ego et face à toi tu as cette gamine cabossée qui te regarde avec admiration.
Elle t'embrasse maladroitement sur le parking. Tes voyants s'allument au rouge, c'est illégal. Elle est illégale, protéger par la loi. Tu regardes ses bleus, ses joues rosies. Petite Emma Bovary. Petite lolita elle a les doigts qui ouvrent ton pantalon. Tu réalises que tu bandes.  Elle est facile. Personne ne saura. Tu la laisses faire, tu te détestes mais quand sa bouche malhabile engloutie ta queue, tu te dis qu'elle est facile, abandonnée, qu'elle a personne. Tu jouies entre ses lèvres, elle ne s'y attendait pas, elle revanche ce qu'elle n'a pas avalé et tousse un peu. Tu remontes ta fermeture puis tu viens la cueillir. Elle est tellement facile. Tu la ramènes chez toi, pour la protéger, le désir coupable te ronge. Ses doigts effleurent les tranches des livres de ta bibliothèques. Elle n'en a pas chez elle. Tu la prends contre la bibliothèque, impatient, avide. T'es pas son premier. Mais t'es le premier à descendre ton visage entre ses jambes, t'es le premier à l'amener à l'orgasme.
Elle passe ses soirées, ses nuits chez toi. La tête posée contre ses jambes, tu lui demandes de lire à voix haute les romans que tu lui donnes. Tu lui apprends son corps, plus ça avance plus ça te ronge. Trop jeune. Tu peux lui demander ce que tu veux. Elle a cette reconnaissance au fond des yeux. Elle sait pas dire non. Elle te fait vriller cette gamine, elle t'obsède tu manques de cogner un petit con qui lui manque de respect. Jusqu'à ce que vous vous fassiez choper. Que tu fuis comme un lâche, éviter que la justice s'en mêle. Tu fuis. Jusqu'à Budapest. T'essaies d'effacer cette histoire de ta mémoire. T'essaies de passer à autre chose.
Elle resurgit, elle vient te voir puis te fuis. Tu la cherches et ce que tu trouves t'horrifies. Ta petite Anett se prostitue, tu la confrontes, elle dit rien d'abord, puis elle hurle. Elle a tellement de colère contre toi, toi aussi t'en as contre toi. Tu hurles aussi, tu l'attrapes, tu veux le trainer hors de ce monde, elle se débat. Elle refuse ton aide. Plus jamais.
deep inside 2017
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charlie sur le bucher
» droit de reponse a O.Buisson dasn Charlie Hebdo
» Dusty Men - Saule featuring Charlie Winston
» JE NE SUIS PAS CHARLIE
» Attentat à Paris à Charlie Hebdo

(M) Charlie Cox - I'll die if you touch me.

deep inside ::  welcome :: nasty people

Sauter vers:  
Aller en haut Aller en bas